PROMETHEE, L’ETERNEL SOUFFRANT

L’observateur qui se penche sur les âges infinis du passé voit une file fantôme de Puissants qui passent comme des spectres à travers les éons du passé ; puissants dans la création du monde, ces Inconnus silencieux et ombrageux marchent dans les couloirs infinis du temps. Vivant, souffrant et mourant, les Divins Illuminateurs servent un monde qui ne les connaît pas. Il était une fois un chercheur qui cherchait à apprendre le sens de la vie avec son énigme complexe, mais pour lui la grande compassion, la réalisation de la vérité et la connaissance des lois sublimes de la nature étaient encore enveloppées dans la Grande Incertitude.

C’est ainsi qu’une nuit, il fut emmené loin des repaires des hommes par un guide qu’il ne pouvait pas voir et une étrange histoire lui fut racontée qui rendit la vie plus différente qu’elle ne l’avait jamais été auparavant. Ce chercheur de savoir erra sur de nombreuses montagnes et à travers le bleu profond d’un ciel sans fin sur des ailes d’une puissance inconnue. Guidé par une force subtile, il fut transporté au pied d’une puissante montagne qui s’élevait, brisée et tordue par les bouleversements de la nature.

C’était une montagne lugubre dont les rochers noircis par la lave et les flancs élevés étaient soudés et brisés lorsqu’ils s’élevaient pour toucher le bleu du ciel. Lentement, l’étudiant est transporté vers le haut de la montagne à travers les ombres du soir et, à mesure qu’il monte, un pinacle solitaire s’élève au-dessus des autres comme la puissante aiguille du Cervin. Alors qu’il s’approchait de la crête déchiquetée, un spectacle étrange s’offrit à sa vue et il poussa un cri d’étonnement. Là, étendu sur les pierres nues, se trouvait un corps humain, qui n’était pas protégé par un seul vêtement contre les vents glacés de la neige ! La forme se tordait et se débattait dans une agonie mortelle alors qu’elle cherchait faiblement, avec la force chétive de l’homme, à se défaire de ses liens d’acier qui semblaient avoir été coulés par les dieux eux-mêmes. La figure était enchaînée à un grand rocher par quatre chaînes retenues par des pieux d’acier enfoncés profondément dans la pierre ; les bras et les jambes étaient écartés et la figure torturée était littéralement crucifiée sur le gigantesque rocher de granit.

En s’approchant, l’étudiant frissonna car le rocher était rouge du sang du captif agonisant et un puissant vautour – plus grand qu’aucun oiseau connu sur terre – griffait et déchirait le côté de l’homme enchaîné ! L’étudiant détourna la tête, le spectacle était trop terrible et il ne pouvait le supporter, mais une puissance supérieure à la sienne le força à reporter son regard sur la figure enchaînée à la croix vivante de granit. Alors qu’il se tenait là, les yeux retenus par on ne sait quoi, un faible gémissement s’échappa des lèvres de la victime et deux grands yeux mouillés de larmes d’angoisse et de souffrance se tournèrent vers l’homme qui était venu de la terre.

L’être enchaîné ne prononça aucun mot, aucun appel au secours, mais l’agonie de son âme se déversa de ces grands yeux de douleur, atteignant le plus profond de l’âme du chercheur.

« Qui es-tu ? » demanda celui de la terre, fixant le front massif bordé de mèches de cheveux d’or.

« Je… » haletait le Crucifié, « Je suis Prométhée, l’ami de l’homme. »

« Pourquoi es-tu enchaîné à ce rocher ? »

« Parce que », murmura la victime enchaînée, tandis que le vautour rongeait toujours le trou béant de son flanc, « Parce que je me suis rebellé contre Jupiter, Seigneur du Ciel. Non pas parce que je l’aimais moins, mais parce que les malheurs des hommes me faisaient plus souffrir. »

Quand les dieux ont décrété que l’homme devait mourir, j’ai volé le feu sacré du ciel et l’ai ramené sur terre pour que l’homme puisse vivre. Pour cela, j’ai été enchaîné au rocher où je dois rester à jamais, à moins que l’on ne trouve sur terre un champion capable de briser les chaînes qui me lient. »

L’étudiant, nauséeux et en proie à une agonie inexprimable, se détourna et descendit silencieusement le flanc de la montagne pour retourner sur la terre des hommes d’où il était venu. Mais chaque jour, une grande tristesse rongeait son âme, tout comme les serres du puissant oiseau griffaient les entrailles de Prométhée. Pendant des nuits, il priait, pendant des jours, il travaillait, jusqu’à ce qu’un grand idéal naisse dans son âme.

Il allait libérer l’Ami de l’Homme de cet affreux rocher qui formait sa croix !

Une nuit, après des années d’attente, alors qu’il était agenouillé dans sa petite chambre, une forme brillante apparut pour lui révéler les merveilleuses vérités qu’il avait recherchées. Dans un rayon de lumière, la forme brillante se tenait debout et lui tendait les bras en disant,

« Viens, je vais t’apprendre à libérer le Prométhée mourant. »

Le candidat se leva et passa avec son brillant compagnon dans les ténèbres d’un grand inconnu.

Tandis qu’ils avançaient, le guide aux nombreuses lumières colorées parlait :

« Aux jours où le monde était jeune, de grandes âmes souffraient pour que l’homme puisse vivre. Une essence divine descendit du ciel contre la volonté des dieux, apportant avec elle la lumière de la Vérité.

Cette Essence a élu domicile dans le corps de l’homme en apportant avec elle le feu des dieux ; et de ce feu est née l’essence mystique qui nourrit le mental pour que l’homme puisse penser ; elle lui a donné la flamme de l’énergie mais a apporté aussi la flamme de la guerre et la torche qui brûle le foyer, c’est la naissance des passions, des convoitises et des avidités ; et maintenant l’Ami de l’Homme est enchaîné au rocher tandis que les désirs animaux inférieurs et les passions de l’humanité se nourrissent de la vie qu’il a apportée avec tant de souffrance pour illuminer l’homme.

« Sache, ô fils de l’homme, que tu es la pierre noire. En toi est enchaîné Prométhée, le Briseur de Lumière, une intelligence divine, amie des choses mortelles. Mais les perversions de l’homme, la cristallisation et la dégénérescence de sa vie ont enchaîné ce sauveur du monde, et le dieu de la vie est maintenant crucifié sur la croix de la matière pour y rester jusqu’à ce que l’homme tue le vautour qui ronge ses entrailles.

Nos vies – même si nous semblons les vivre pour nous seuls – sont beaucoup plus importantes que nous ne le pensons, car il est de notre devoir de libérer le Sauveur des ténèbres de la croix à laquelle nos propres actions l’ont enchaîné.

« Car qu’a fait l’homme du feu descendu du ciel ?

L’a-t-il brûlé sur les autels de ses dieux ? L’a-t-il rendu au divin d’où il venait ?

Non. Il a pris le feu des dieux, qui lui a été donné au prix d’un si grand sacrifice, et il l’a attisé dans les flammes de l’égoïsme et de la luxure, le gaspillant et le crucifiant dans d’inutiles impulsions de destruction, et il n’a absolument pas réussi à construire avec lui le géant de force et de puissance qui doit libérer Prométhée de la montagne de pierre. Mais il y en a un qui vient – le Fort – l’Enfant du Soleil – Hercule – et il libérera Prométhée de ses siècles de tourments !

« Et chacun d’entre vous, ô enfants de la terre, doit devenir cet Hercule, avec la lumière que vous avez trouvée – le soleil brillant – vous devez construire de la flamme apportée par Prométhée l’esprit et le corps afin que nous puissions couper ses liens et payer notre dette au premier Grand Ami de l’homme. » Lentement, la puissante montagne s’élevait devant eux dans le ciel et, à mesure qu’ils s’approchaient, ils pouvaient voir la silhouette solitaire toujours suspendue à la pierre inclinée, les yeux tournés vers le soleil, ce grand globe de lumière dont les rayons devaient le libérer de son interminable torture.

Le vautour lui déchire le foie de ses griffes, la pierre est éclaboussée de son sang, mais dans une confiance divine et une paix qui dépasse l’entendement, Prométhée attend, attend que s’accomplisse la prophétie selon laquelle un homme fort doit surgir de ceux qu’il a servis, un homme qui le libérera de la croix.

Le guide lumineux a parlé.

« Oh, Prométhée, ami de l’homme ! Prends courage. À travers les âges, l’âme de l’homme s’éveille et le temps viendra où il connaîtra ton sacrifice. Un jour, à partir des feux que tu lui as apportés, il construira et fera fondre les outils qui te libéreront. Attends encore un peu. Le monde est jeune et la malédiction des dieux est terrible, mais un jour viendra quand même te libérer de tes liens. »

Le visage divin du Souffrant s’illumina d’une gloire que les mots humains ne peuvent exprimer.

« J’attendrai. Et je suis heureux dans mon agonie, car j’aime l’homme. Même si cela fait cent millions d’années, ce n’est pas en vain. J’ai sauvé l’homme d’une obscurité sans fin et j’ai attiré sur moi une punition qui est vraiment grande, mais je suis prêt à tout supporter si l’homme ne fait que se rendre grand et glorieux par mon sacrifice. Comme ceux que j’ai servis ne se rendent pas compte du prix que je paie pour leur liberté !

« Alors que les feux à l’intérieur de l’homme s’enflamment et brûlent, alimentés par les plus bas et les pires instincts, ils ne savent pas ou ne réalisent pas qu’il y a un être attaché au rocher qui ressent dans l’angoisse de son âme chaque perversion de la flamme sacrée. Car non seulement le feu éclaire le chemin de l’homme, mais par la malédiction de Jupiter, il brûle aussi. Et la lumière que je leur ai apportée, ils l’ont utilisée pour me tuer, mais j’attends.

« A travers des âges innombrables, depuis avant l’aube des temps, je me suis accroché à ce rocher. Cent millions de fois, ce vautour de la luxure et de la fureur a arraché ma vie, mais la malédiction des dieux est sans fin, car aussi vite que les serres du vautour déchirent la chair, d’autres poussent pour prendre leur place.

« Je suis le Souffrant Éternel. C’est moi, et non l’homme, qui souffre le plus, pour ses abus de mon feu sacré. Je l’ai apporté du ciel dans un roseau pour l’allumer sur les pierres du foyer du monde, mais ils ont profané mes autels, ils ont brisé mes vœux les plus sacrés. Et si je les ai sauvés de l’oubli, ma seule crainte est qu’ils n’y échappent pas encore.

« Mais lorsqu’on trouvera celui qui purifiera mon feu et maîtrisera ses flammes, libérant ma lumière du monde du péché et de l’abus, celui-là montera à cette hauteur élevée et me libérera de mon agonie. En attendant, j’attends. Mais tandis que vous brûlez le feu de la vie, n’oubliez pas Prométhée, l’ami de l’homme, qui ressent dans les griffes du vautour l’abus de cette vie pour laquelle il a tant donné. »

MPH

Les ouvrages en français de Manly Palmer Hall ici

0Shares

Author: rhia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *