L’ATLANTIDE ET LES ORIGINES DE LA CIVILISATION

Dans un monde troublé par des problèmes imminents, le thème du continent englouti de l’Atlantide reste pleinement fascinant. Atlantis est encore un mot qui fait rêver, et ce n’est pas parce que les gens ont lu Platon ; le mot semble avoir une connotation étrange et mystérieuse, transmettant à de nombreux individus quelque chose de ce dont ils faisaient partie, dans un temps passé.

Mais beaucoup pensent à l’Atlantide de manière incorrecte ; ce n’était pas un continent, mais une fédération de terres. C’était la carte entière dans un schéma différent de celui d’aujourd’hui. La distribution se trouvait en Amérique, en Afrique, en Asie, partout ! l’Atlantide n’était pas une zone particulière à un endroit de la surface de la terre. Des restes atlantes peuvent être trouvés n’importe où ; l’Atlantide était une ère et non un lieu précis qui a disparu brusquement ; les changements géodésiques et géographiques ont fait que certaines zones se sont enfoncées et d’autres se sont élevées durant plusieurs millions d’années. De même que ceux que nous appelons les aryens de notre monde moderne sont issus d’une répartition, impliquant toutes les terres de l’Amérique du sud à l’Afrique et de l’Europe à la chine, de même l’Atlantide était une vision d’un continent, une partie d’une vision qui change encore, qui continuera à changer jusqu’à la fin de la terre. Il n’y aura jamais de fin aux changements.

La force modificatrice de la géographie est la rotation de la terre, qui fait que les zones de terre se déplacent constamment, les terres molles s’écrasant contre les terres dures ; et ce changement entraînera un jour la perte du continent que nous connaissons et fera évoluer pour notre monde d’autres continents. Le rythme du changement est lent, les réajustements de la carte ne seraient pas apparents pour les gens au cours d’une vie ; mais il y a des symptômes à observer, et l’un d’eux est le changement climatique. Il est évident que la température des différentes localités change ; la Nouvelle-Angleterre n’a plus les hivers enneigés d’il y a 50 ans, New York a maintenant des averses de neige pendant les mois où, à une période antérieure, la campagne était solidement enneigée. Nous savons aussi qu’il y a aujourd’hui de la terre ferme dans des régions du Texas qui, aux 16e et 17e siècles, étaient sous les eaux du golfe du Mexique. Nous avons d’autres régions qui sont hors de l’eau depuis 1900 avant J.-C., d’autres qui étaient sous l’eau pendant des milliards d’années. Il y a des coquillages sur le sommet du Mt Blanc, d’autres coquillages sur le point le plus haut atteint sur les montagnes de l’Himalaya.

La recherche de l’Atlantide n’est pas seulement une recherche sous l’océan, elle n’est pas non plus confinée aux grandes régions de la Chine et de l’Inde et à certaines parties de l’Europe ; en Amérique aussi, nous pouvons trouver des restes de l’Atlantide. Il faut l’envisager comme un grand royaume ou un empire, une puissance mondiale qui commerçait et traitait avec d’autres nations.

Le mercantilisme de l’époque n’était pas si inférieur au nôtre, les navires, bien que propulsés différemment, voyageaient vers les régions les plus lointaines, malgré les croyances contraires. Le fait que personne ne savait que la terre était ronde jusqu’à l’époque de Colomb est l’un des mythes de l’histoire, comme l’histoire de l’œuf de Colomb. Le navigateur aurait pu avoir l’occasion de lire que notre terre était ronde, et il aurait pu lire son diamètre et sa circonférence. Il ne l’a peut-être pas fait, mais il aurait pu le faire. L’arrivée des Vikings en Amérique n’a pas non plus été le début de l’exploration du nouveau monde. Nous savons que les Grecs étaient là bien avant eux et qu’ils avaient remonté le fleuve Saint-Laurent, selon Plutarque ; ils avaient navigué sur les côtes nord de la Nouvelle-Angleterre, pénétré à l’intérieur des terres jusqu’aux Grands Lacs, et la trace de leur découverte de ce continent a été établie en Grèce 1500 ans avant la fameuse visite de Colomb.

Quant à l’île perdue atlante et à son emplacement approximatif, les Chinois le connaissaient, ainsi que les Grecs et les Hindous. Les habitants des îles Fidji, qui disent avoir subi la catastrophe, ont conservé un récit complet de la destruction de l’Atlantide. Les indiens de Madagascar ont leurs histoires des cataclysmes et des changements qui ont produit le déluge atlante, et des récits ont été préservés chez les indiens d’Amérique. Comme le cataclysme a touché une zone énorme, tous les peuples de l’antiquité en ont eu connaissance.

Il est certain que ce cataclysme a eu lieu d’une manière mystérieuse. Dans les efforts et les tentatives faites pour expliquer la relation entre les découvertes géologiques de la science moderne et la distribution continentale selon la mystique orientale, la seule chose déterminée avec une certitude raisonnable est que le dernier balayage glaciaire a été postérieur au continent atlante, la distribution terrestre était en grande partie dans sa forme actuelle à la période glaciaire, mais l’île de Poséidon n’avait pas alors coulé. Presque aussi grande que l’Australie, elle a été engloutie en une seule nuit, selon les anciens mythes, emportant avec elle 60 000 000 de personnes, et ce fut la fin du continent atlante.

L’engloutissement de cette région, qui a donné lieu à la répartition actuelle des terres, a dû provoquer une formidable agitation océanique, l’océan Atlantique se creusant sans cesse, ce qui a entraîné des inondations en Europe, en Amérique du Sud et en Afrique. Le tremblement de terre de Lisbonne de 1755 a fait faire onze fois le tour du monde aux vagues avant de s’éteindre, et le cataclysme de Lisbonne n’était rien comparé au naufrage de l’île de Poséidon. Il semble qu’il y ait eu une certaine prise de conscience de la catastrophe imminente car une grande partie de la population atlante avait quitté l’île de Poséidon pour rejoindre les continents. Les continentaux, qui continuent à prospérer, nous intéressent, car ils ont survécu jusqu’à aujourd’hui. Par exemple, le peuplement de l’Amérique a toujours été une grande énigme scientifique. Les Monolithes sont censés être venus d’Asie par le détroit de Béring et l’Amérique du Sud. Cette théorie d’une énorme migration n’a que peu d’importance ou de sens. En revanche, l’importance de la découverte de vestiges atlantes dans des régions qui ne sont généralement pas censées en contenir est considérable.

La Californie, de San Francisco au sud et jusqu’au Mexique, est une région qui était émergée pendant la période atlante. Des centaines de découvertes de vestiges très anciens ont été mises au jour dans les fouilles minutieuses qui se sont étendues de la Californie à l’Arizona et au Nouveau-Mexique.

L’Afrique, autre région soulevée pendant la période atlante, est restée l’un des continents les plus mystérieux de la planète. Les explorateurs le survolent et le traversent, mais peu de choses ont été faites dans l’exploration scientifique des archives africaines qui remontent à une antiquité inconcevable. L’Africain dont nous entendons parler est un indigène dansant avec sa lance et son bouclier, mais en Afrique centrale, il y a seulement quelques années, deux explorateurs ont découvert ce qu’ils croyaient être les vestiges d’une grande ville. Cette ville se compare favorablement en taille à certaines des anciennes cités d’Amérique centrale ; elle devait avoir une population de deux ou trois millions d’habitants. Ce n’était pas un amas de huttes indigènes, mais une grande ville de pierre taillée, une ville qui ne pouvait pas avoir été construite par des aborigènes. C’était une ville planifiée architecturalement, et dans l’une des régions les plus inaccessibles d’Afrique. Il n’y a aucun doute possible qu’il s’agit d’une cité atlante.

Les archives atlantes de l’Afrique centrale que nous connaissons maintenant ne sont pas des exploits de mémoire portés par des aborigènes mais sont l’affaire d’un sacerdoce élaboré (avec lequel nos missionnaires ont eu peu de succès), un sacerdoce qui célèbre des rites mystiques, a une connaissance profonde de la magie et est capable de produire des phénomènes mystérieux que chaque explorateur affronte et que chaque scientifique nie, dans des dénégations qui n’ont rien à voir avec les éléments factuels.

Aucun peuple totalement primitif n’a pu développer cette connaissance. Elle a dû être dérivée de quelque part ; il fallait qu’elle provienne d’une origine légitime. Il est intéressant de noter que la magie et le chamanisme sont identiques à ceux des Indiens d’Amérique. On peut supposer qu’à une époque reculée, il y a eu une large diffusion de connaissances, aujourd’hui irrémédiablement perdues dans les mystères du temps.

Ces connaissances n’étaient pas originales, elles venaient d’ailleurs. Mais où sont les documents ? si le grand continent atlante a sombré il y a 15 000 ans ou moins, pourquoi n’y a-t-il pas eu de vestiges littéraires plus élaborés ? on aurait dû découvrir suffisamment de documents explicites sur l’histoire de ces anciens peuples. Pourquoi, sans exception, les anciennes nations civilisées se retirent-elles dans l’obscurité pour émerger déjà civilisées mais sans laisser de traces ? L’Égypte a émergé civilisée il y a 7 000 ans ; personne n’a trouvé de traces d’évolution de l’Egypte. La grande autorité égyptienne, Maspero, n’a même pas trouvé de trace de l’évolution de la langue égyptienne. La grande civilisation égyptienne existe, mais personne ne sait d’où elle vient. Il n’y a aucune trace d’une Égypte primitive.

Il en va de même pour la Grèce, qui émerge déjà capable de philosophie et d’art, sans trace d’une période barbare. L’Inde émerge historiquement avec une langue, avec des livres sacrés. Personne ne sait où l’Inde les a obtenus. Les nations émergent des vides de l’histoire avec leurs connaissances solidement établies.

Quand le rideau a-t-il été tiré sur l’origine des anciennes nations, était-ce 10 000 ans avant Jésus-Christ ? Au-delà, il n’y a pas d’histoire. Devons-nous concevoir que toutes les civilisations émergent avec leurs connaissances à peu près au même moment, toutes prêtes à devenir de grands propriétaires civilisés ? C’est comme prendre un adulte sans enfance, sorti de nulle part, prêt à voter ; sans famille à retrouver, ni lieu d’origine, comment peut-on l’accepter, juste en émergeant et en disant avec un salut théâtral,  » me voici ! « Il y a quelque chose qui cloche.

Nous établissons le premier homme pensant à une période où il rongeait un os et fabriquait une hache en pierre. Peu de temps après, l’homme a écrit les classiques. Où est le sens de tout cela, et où la transition a-t-elle eu lieu ? Il y a 25 000 ans, voire 50 000 ans, il y avait de grands artistes, leurs œuvres peintes sur les murs des grottes paralyseraient l’artiste moderne. Ils ne pouvaient pas être des barbares. Pourtant, quand on nous les presente, ils tuent des mastodontes à coups de pierres. Une fois de plus, ils disparaissent, pour ressortir chez des philosophes tels que Platon et Aristote.

On pourrait penser qu’il y a une période dans la vie d’un peuple dont on se souviendrait, c’est la période des découvertes. Quelque part dans l’intervalle entre l’âge de pierre et les modernes, l’homme a découvert que deux fois deux font quatre. En tant que découverte, elle aurait dû être préservée, mais elle ne l’est pas.

L’origine de l’écriture, l’évolution des images idéographiques est perdue.

L’origine du langage est perdue. Nous ne savons pas où la grammaire entre en jeu. Nous avons des hiéroglyphes égyptiens, et un peuple devenu soudainement très intelligent.

La seule preuve que nous avons que cette connaissance a été transportée d’ailleurs est dans les légendes et les mythes qui ne calculent pas dans le temps des choses qui se produisent, mais racontent les pères qui sont venus de loin à travers l’eau avec des enseignements et la sagesse. Alors, qu’en est-il de la possibilité que pendant que l’homme de Néandertal errait et que la mâchoire d’Heidelberg avait encore son propriétaire, à travers la période des têtes longues, des têtes plates et des têtes carrées, ceux-ci ne représentaient que les races primitives, demeurant en tant que contemporains de peuples plus évolués ? Il semble possible et raisonnable que les nations aient été civilisées par des étrangers, et que ce soit la raison pour laquelle nous ne pouvons pas retrouver de traces de civilisation en elles.

Il n’y a pas si longtemps, deux crânes ont été découverts. Ils avaient plus d’un million d’années. Au lieu d’être des têtes plates, comme les mongols, la capacité du cerveau est aussi bonne que celle que nous avons aujourd’hui. C’était un coup dur. La science avait supposé que les crânes de cette période étaient très grands à l’avant et petits à l’arrière, organisés uniquement pour broyer la nourriture entre des mâchoires fixées comme un piège à ours. Mais voici deux crânes, délicatement formés, hautement évolués, et ils avaient un million d’années. C’était embarrassant. Selon les règles scientifiques, personne n’avait grand-chose à dire à ce sujet. Une bonne règle générale est la suivante : quand on ne sait rien, on se tait. La règle scientifique est de ne rien dire. Les crânes de peuples hautement évolués, vieux d’un million d’années, posent un problème : l’entrée possible à tout moment dans une nouvelle période de l’archéologie.

Toutes les réponses à ce problème ne sont pas simples, évidentes et directes. Supposons que dans quelques millions d’années, quelqu’un creuse à Los Angeles, en supposant que ce n’est pas la capitale du monde à ce moment-là, et qu’en creusant, on tombe sur l’emplacement précis d’un musée, où l’on trouve une collection d’ossements appartenant aux créatures de la préhistoire. Ils pourraient décider que nous étions contemporains du tigre à dents de sabre. Le squelette d’un singe pourrait les amener à se demander quel genre de personnes nous étions ? S’ils déterrent un panneau publicitaire et concluent que nous le vénérions, puis tombent sur une momie, eh bien, nous étions soit des Égyptiens, soit des personnes très remarquables, peut-être les deux.

Cette fantaisie n’est pas très éloignée de l’histoire de l’exploration du Proche-Orient. Les archéologues explorateurs ont trouvé neuf villes, l’une sous l’autre, et n’ont cessé de creuser que parce que les fonds ont manqué. Il pourrait y avoir quinze villes en dessous de celles-ci ! Le jour où nous gratterons plus profondément, nous ne nous contenterons pas des tombes des rois égyptiens. La recherche vers le bas sera celle d’une sous-strate d’une haute civilisation, et la découverte que si une grande partie du monde antique était primitive (ce qui est vrai aussi de nos jours) une grande civilisation a existé avec des peuples qui ont disparu de cette terre il y a 25 000 ou 50 000 ans. C’est ce que nous allons découvrir, car c’est la seule explication raisonnable de l’origine de nos arts et de nos sciences.

Nous trouverons peut-être ce que nous cherchons dans notre propre pays. Peut-être en Mésopotamie. Peut-être devrons-nous le chercher sous l’océan. Mais nous allons trouver ; il est nécessaire de trouver. Ce n’est plus une hypothèse, c’est une nécessité. Ce qui est nécessaire se manifestera. Et nous saurons qu’il y a 25 000 ans, sur cette terre, vivaient des êtres humains qui savaient lire et écrire, construire des villes, enseigner les sciences, apprivoiser et dresser les animaux à leur usage, construire de grands monuments, écrire des livres, et gouverner selon les lois des démocraties rationnelles.

Et les preuves que nous trouverons justifieront toutes les légendes et traditions qui nous sont parvenues sur les dieux qui habitaient la terre dans les temps anciens. La science va connaître d’autres maux de tête, comme la découverte de squelettes d’humains de 6 mètres de haut qui, parce qu’ils n’ont pas été compris, sont une découverte qui a été étouffée. Et il y aura la question de découvrir que toutes les vieilles légendes et traditions sont basées sur l’histoire, que rien n’est contrefait sans qu’il y ait un original.

MPH

Pour retrouver les ouvrages de Manly P. Hall en version française, vous pouvez vous rendre ici

0Shares

Author: rhia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *