La plus ancienne anomalie scientifique

Mark Gaffney explore «l’anomalie extralimitale» des coquilles de mollusques dans les Amériques, un domaine scientifique sous-étudié qui soutient la théorie du déplacement de la croûte terrestre de Charles Hapgood.

J’ai tout d’abord rencontré des preuves empiriques à l’appui de la théorie de Charles Hapgood sur le déplacement de la croûte terrestre en lisant le livre de Charles Darwin de 1846 sur la géologie de l’Amérique du Sud. De toute évidence, le naturaliste français bien connu, Alcide d’Orbigny, avait partagé cette preuve importante avec Darwin lors de la préparation de son livre. D’Orbigny, disciple de George Cuvier, précéda Darwin en Amérique du Sud et publia par la suite un compte rendu détaillé que Darwin qualifia de «travail très important». On ignore si les deux hommes se sont jamais rencontrés, mais ils ont correspondu au fil des ans. . Darwin cite à de nombreuses reprises d’Orbigny dans ses deux ouvrages sur l’Amérique du Sud. Dans une note de bas de page, il est écrit que ses recherches l’ont placé «sur une liste de voyageurs américains, juste derrière Humboldt».

Darwin a inclus les données dans un tableau avec une discussion détaillée. J’ai été abasourdi quand j’ai vu ce matériel. Il était également clair en un coup d’œil que Darwin ne comprenait pas ce qui était entre ses mains. Les preuves ne se limitaient pas à quelques restes ou observations relatifs aux mollusques, mais constituaient un ensemble de données complet. Certes, les coquillages ne sont pas sexy comme les tigres à dents de sabre et les mammouths laineux. Mais l’étude des mollusques était néanmoins scientifiquement solide dès les années 1830. Cela est peut-être dû, en partie, à la popularité universelle du peignage et de la collecte des plages parmi les amateurs et les scientifiques qualifiés. Nous, les humains, avons toujours été fascinés par les coquillages et aimons les ramasser, que nous trouvions les spécimens sur une plage ou dans un dépôt sédimentaire au sommet d’une montagne.

Il est à noter que l’associé de Darwin, Charles Lyell, s’est largement inspiré de cette science pour identifier les différentes époques du tertiaire. Lyell a appliqué une méthode statistique de son propre modèle, ce qui lui a permis de distinguer le pourcentage relatif de populations de mollusques survivantes par rapport aux populations éteintes. Les premières éditions de son ouvrage intitulé Principes de géologie (volume trois) comprenaient en fait une annexe de 65 pages contenant des tableaux répertoriant d’innombrables espèces de mollusques. L’innovation a été baptisée «paléontologie statistique» et, bien que l’approche se soit démodée depuis – les éditions modernes des principes sont très abrégées et ne contiennent pas les tableaux – la science actuelle doit encore beaucoup à la recherche sur la taxonomie des mollusques et la paléontologie réalisée par Lyell, d’Orbigny et bien d’autres.

Mon enthousiasme grandissait alors que j’étudiais la table dans le livre de Darwin et dévorais avidement sa discussion. Les faits de base sont faciles à résumer. Les mollusques ont tendance à vivre dans des communautés (le jargon technique habituel est «assemblages fauniques») et les gisements de fossiles de ces communautés se trouvent parfois dans un état de conservation vierge. De telles découvertes sont rares car les vagues sont un puissant destructeur de coquillages. Heureusement, en raison du soulèvement andin que Darwin décrit également dans ses livres, un certain nombre de ces anciens lits de faune ont été découverts en parfait état. À plusieurs reprises, Darwin lui-même a retrouvé d’anciennes plages qui avaient été surélevées jusqu’à mille pieds au-dessus du rivage actuel.

J’ai inclus un fac-similé du tableau d’origine avec toutes les données pertinentes. Il résume les efforts conjoints d’Orbigny et d’un autre collectionneur bien connu, Hugh Cuming, qui avaient recueilli des spécimens de 79 espèces différentes du Pléistocène récent sur deux sites principaux de la côte chilienne: Coquimbo (30 degrés de latitude sud) et Navidad. (34 degrés de latitude sud). Bien que beaucoup de spécimens appartenaient à des espèces disparues, la collection comprenait 12 genres vivants énumérés dans le tableau. Les deux colonnes à droite indiquent la latitude à laquelle les spécimens ont été collectés et la latitude la plus méridionale à laquelle les genres peuvent encore être trouvés. 

Plus j’étudiais la table plus mon étonnement grandissait. Notez la disparité évidente entre la latitude à laquelle les spécimens fossiles ont été rassemblés et celle à laquelle ils se trouvent actuellement. Presque tous les genres existants se sont déplacés loin sur la côte.

Tableau de données tiré du livre de Darwin datant de 1846, documentant les preuves d’un déplacement de plus de 1 600 km de la croûte terrestre.

Carte du centre du Chili indiquant l’emplacement des lits de faune de Navidad par rapport à Santiago.

Carte montrant l’emplacement des couches fauniques de Coquimbo, situées à environ 275 km au nord de Navidad.

Les mollusques sont extrêmement difficiles quant à leur lieu de résidence et la température de l’eau est le facteur le plus important pour définir leur habitat. Les mollusques et crustacés ont besoin d’une plage de température étroite en dehors de laquelle ils ne se trouvent tout simplement pas. Chaque espèce a des exigences légèrement différentes. Lorsque j’ai calculé les chiffres, en fonction des données compilées dans le tableau, j’ai calculé que le déplacement moyen de l’habitat au nord était de 24,4 degrés de latitude. Étant donné 68,7 milles par degré de latitude dans la zone équatoriale, cela signifie que les mollusques ont en moyenne migré vers le nord sur une distance d’environ 1 683 milles vers des eaux équatoriales plus chaudes. Certains s’étaient déplacés aussi loin au nord qu’en Equateur.

Avant de poursuivre, je dois mentionner que la mobilité des mollusques est très limitée. Contrairement aux poissons, ils ne peuvent pas nager. Cependant, lorsqu’elles se reproduisent, elles passent par un très petit stade larvaire et ces larves sont capables de faire de l’auto-stop sur les courants océaniques sur des distances considérables. À l’évidence, c’est ainsi que les différentes espèces se sont déplacées à plus de mille kilomètres des côtes de l’Amérique du Sud, à la fin du Pléistocène.

La migration de masse a grandement intrigué Darwin, car il écrit:

«La première impression… .est que le climat [où les fossiles ont été recueillis] devait auparavant être plus chaud qu’aujourd’hui.»

Après avoir soulevé la question clé, Darwin commence alors à se couvrir de manière irresponsable, en citant des cas et des preuves qui, avec le recul que nous avons acquis après 10 à 20 ans, semblent faibles et peu convaincants. Par exemple, Darwin mentionne le cas exceptionnel de Voluta au bas de la liste, qui a apparemment réussi à s’adapter à la même température altérée, c’est-à-dire plus froide, qui a poussé les autres espèces affectueuses des eaux chaudes au nord de l’équateur. À l’heure actuelle, Voluta ne se trouve qu’au sud de 43 degrés, ce qui correspond approximativement à la latitude de la ville de Chonchi sur l’île de Chiloé, l’une des grandes îles de l’archipel du sud du Chili. Dans son récit, Darwin se montre très réticent à formuler une opinion sur ce que tout cela pourrait signifier. Dans une discussion décousue à la page suivante, il fait référence à son collègue, M. Lyell, qui était toujours connu pour conseiller la prudence quand confronté à des données anormales, auxquelles Lyell a souvent attribué des facteurs locaux. Nous retrouverons la même tendance très prochainement.

Comment pouvons-nous expliquer le fait que des mollusques aimant les eaux chaudes ont déjà été découverts sur les latitudes sud de la côte du Pacifique, une région qui est aujourd’hui nettement plus fraîche? La température du courant océanique voisin de Humboldt a-t-elle changé à la fin du Pléistocène? Pour autant que j’ai pu déterminer, il n’y a aucune preuve à ce sujet. La capacité des genres exceptionnels Voluta à s’adapter à des températures plus fraîches ne fait que clarifier la règle.

En effet, la migration moyenne de 1,683 miles de onze genres de mollusques vers le nord témoigne d’un événement extraordinaire. Et cela aurait également dû être évident dans les années 1840. Darwin était tombé dans un gabarit de données paradoxal qui laissait présager une conclusion ahurissante: la croûte terrestre s’était déplacée, à la fin du Pléistocène, d’environ la même distance que les mollusques avaient migré. Mais Darwin était incapable de faire ce saut d’imagination, aussi logique soit-il, car cela l’aurait obligé à sortir des sentiers battus. Le grand homme qui a bien failli expliquer l’évolution ne pouvait se libérer du modèle scientifique qui le tenait fermement. Darwin est resté prisonnier de ses propres croyances et, comme nous allons le savoir, il était loin d’être seul.

L’anomalie extralimitale

Sur une intuition, j’ai fait une recherche sur Google et en quelques minutes, je regardais plusieurs études scientifiques d’assemblages de mollusques sur la côte ouest de l’Amérique du Nord. En lisant, j’ai été époustouflé. Le premier article que j’ai examiné, publié en 1966 par WO Addicott, un scientifique travaillant pour US Geological Survey, décrit un

«Province des mollusques du Pléistocène tardif, jusqu’alors méconnue, caractérisée par des mollusques du Nord et des foraminifères (c’est-à-dire des mollusques linéaires et à coque spiralée) qui ne vivent plus sur la côte centrale de la Californie.» 

Le document poursuit en décrivant à peu près le même phénomène signalé par Darwin en 1846, sauf que dans ce cas, la migration des mollusques vers le nord se faisait d’eau chaude à froide (au lieu d’eau froide à chaude) et s’était produite non pas en Amérique du Sud, mais la côte ouest des États-Unis. À ce stade, comme vous pouvez bien l’imaginer, j’étais complètement abasourdi.

Des gisements de fossiles non perturbés à plusieurs endroits du centre de la Californie, l’un à Santa Cruz et deux à Point Año Nuevo, à quelques kilomètres de la côte, ont documenté l’avant-poste le plus au sud d’une communauté d’au moins 80 espèces de mollusques du Pléistocène supérieur, dont beaucoup vivent encore, qui ne se trouvent plus dans la région mais habitent actuellement les eaux plus froides de Puget Sound et la côte de la Colombie-Britannique aussi au nord que l’Alaska. Les données présentées par Addicott indique que ces survivants fin du Pléistocène Mollusques avaient migré de la proximité de Santa Cruz vers le nord par un minimum de 11 degrés de latitude, une distance de 755 miles.

Carte illustrant l’emplacement des gisements fauniques de Point Año Nuevo et de Santa Cruz.


Alcide d’Orbigny

Aujourd’hui, la température de l’eau à Puget Sound est de 4 degrés Celsius plus froide que les eaux côtières à la latitude de Santa Cruz. De toute évidence, les mollusques adeptes des eaux fraîches s’étaient déplacés vers le nord à la recherche de leur habitat préféré, après le réchauffement des eaux côtières du centre de la Californie. La question évidente que Darwin n’a pas poursuivie est la suivante: quelle est la cause de ce réchauffement? La réponse est sûrement la même chose qui a provoqué le refroidissement des eaux côtières du Chili.

Écrivant en 1966, Addicott n’a apparemment pas eu connaissance de l’affaire Amérique du Sud rapportée par Darwin en 1846, parce qu’il attribue la découverte de la soi – disant « anomalie extralimite » à un scientifique américain, Ralph Arnold, qui l’a rapportée en 1908. Les choses ne se sont pas améliorées à cet égard. Une monographie de 2014 sur le sujet publiée par trois scientifiques, Daniel R. Muhs, Lindsey T. Groves et R. Randall Schumann, ne fait aucune mention de Darwin. Les trois scientifiques ne montrent pas non plus que le phénomène en discussion ne se limite pas à l’Amérique du Nord.

Dans leur article, les scientifiques examinent en détail divers facteurs locaux et régionaux proposés par d’autres experts afin d’expliquer pourquoi les températures de l’eau de mer le long de la côte centrale de la Californie se sont réchauffées depuis le Pléistocène supérieur. Les facteurs possibles cités à cet égard incluent la remontée d’eau froide, les effets des vents et des courants, les changements de la géographie de la côte au fil du temps, ainsi que le remaniement (c.-à-d. La modification) des gisements de fossiles. À leur crédit, les auteurs rejettent tous ces éléments, concluant que :

“Bien que de nombreux mécanismes aient été proposés…. Aucune explication unique ne semble applicable à toutes les localités où des faunes thermiquement anormales ont été observées.” 

Muhs, Groves et Schumann ont eu raison en 2014 de rejeter toutes les explications locales ou régionales proposées. En effet, une anomalie due à la température, qui affecte deux continents et s’étend sur deux hémisphères de la Terre, ne peut pas être décrite comme locale ou régionale. Le même événement qui a refroidi les eaux côtières du Chili a probablement également provoqué un réchauffement des eaux côtières du centre de la Californie. Les deux cas semblent être liés et synchronisés. Face à un mystère global, une solution locale ou régionale suffit-elle? Probablement pas. Non, il faut adapter la recherche et la solution à l’ampleur du phénomène. Dans ce cas, les données indiquent certainement le besoin de penser globalement.

L’anomalie extralimitale ne date donc pas du travail de terrain effectué par des scientifiques américains au début du XXe siècle, mais jusqu’en 1846, année où Darwin publia son livre sur la géologie de l’Amérique du Sud. Remarquez que cela ferait de l’anomalie 170 ans, et c’est probablement une estimation prudente. Plus vraisemblablement, les collectionneurs sud-américains étaient au courant de la mystérieuse migration des mollusques vers le nord dans les années 1830 et peut-être dès les années 1820. Nous savons qu’Orbigny est arrivé au Chili en 1826. Remarquez que l’anomalie aurait plus de 190 ans!

Combien d’autres domaines scientifiques peuvent prétendre à un tel héritage d’échec? Probablement peu nombreux. Mais peut-être le problème plus profond est-il de savoir comment et pourquoi des experts formés peuvent avoir si mal manqué. L’anomalie extralimitale n’a pas seulement échappé à l’explication scientifique jusqu’à présent, mais a également réussi à rester complètement à l’écart du radar. À l’heure actuelle, pour autant que je sache, en dehors du minuscule domaine de la malacologie (l’étude des mollusques), l’anomalie reste pratiquement inconnue, un fait regrettable que j’attribue à la surspécialisation.

La triste réalité actuelle veut que nos universités entraînent les étudiants en sciences à penser de moins en moins à de moins en moins. De ce fait, les étudiants n’acquièrent jamais l’expérience inestimable de penser en dehors des sentiers battus; et très peu d’entre eux développent une approche holistique ou une carrière interdisciplinaire. Pourtant, s’il existait un problème appelant une approche interdisciplinaire, c’est celui-ci. Malheureusement, lorsque j’ai contacté les trois auteurs du document de 2014 pour les avertir des ramifications plus importantes, je n’ai rencontré que le silence. Je n’ai jamais entendu de retour, pas tellement comme un coup d’oeil. Aucun des scientifiques ne m’a fait la simple courtoisie d’un bref accusé de réception. M’ont-ils considéré comme une manivelle ou une conspiration?

Je devinerais leurs motivations et leur état d’esprit si je commentais davantage, alors je m’abstiendrai. Néanmoins, il semble que les principales autorités sur le terrain soient prisonniers de leur formation scientifique et de leurs convictions. En cela, les choses n’ont pas changé depuis l’époque de Darwin. La génération actuelle d’experts qui écrivent des articles sur l’anomalie extralimitale n’a pas encore appris à connaître son histoire et son étendue. Au moment où j’écris en 2019, la question reste anormale, comme toujours.

Source : GRAHAMHANCOCK.COM

0Shares

Author: rhia

2 thoughts on “La plus ancienne anomalie scientifique

  1. Bonsoir,
    Magnifique article qui peut grandement faire progresser l’histoire de la préhistoire et réhabiliter les immenses travaux de Hapgood dont l’un des livres a été préfacé par… Albert Einstein. Oui, Albert.
    Il est en effet très possible que la croûte terrestre se déplace sur de très grandes distances, par cycle, avant de se restabiliser.
    Je vous propose de regarder la première des nombreuses vidéos du site ANTIQUITY REBORN qui pourrait expliquer un grand nombre de phénomènes et bien d’autres mystères archéologiques, totalement mystérieux et incompris jusqu’à présent :

    https://www.youtube.com/watch?v=LKgUGDuuVB4

    Pour le phénomène de cet article relatif aux coquillages et leurs fossiles, la théorie fonctionne parfaitement…………

Répondre à DONNA Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *