TEOTIHUACAN: MODELE D’UN COSMOS TRES DIFFERENT

La vue vers le nord montrant la pyramide de la lune depuis l’avenue des morts. Derrière on peut distinguer les contours du Cerro Gordo. Cette grande cité rituelle était positionnée précisément pour imiter les géométries exprimées dans les cieux et à la surface de la Terre. Elle n’aurait pu être bâtie sans la possession d’une science d’observation datant de plusieurs millénaire et reposant sur des prémisses très différentes de la science moderne. Ses fondements intellectuels ont été oubliés depuis l’époque ou Teotihuacan fut une ville vivante.

La cité des pyramides

Ces vestiges, situés à environ 50 km au-delà des limites nord de la ville de Mexico, ne ressemblent à ceux d’aucune autre métropole pré-hispanique du Mexique ou de l’Amérique centrale. Oui, il y a de nombreuses pyramides ici, tout comme dans de nombreuses anciennes colonies mayas et aztèques, mais à cet endroit, il y a quelque chose de très différent, de très spécial.

À son apogée, dans les premiers siècles de l’ère chrétienne, on pense qu’elle fut la plus grande ville des Amériques, s’étendant sur 22 km2 et dans laquelle vivaient peut-être plus de 150 000 personnes. Aujourd’hui, on peut encore discerner les angles vifs de ses deux plus grandes pyramides en regardant ses ruines de loin.

Elle devait présenter un spectacle encore plus imposant quand, en tant que métropole vivante, ses contours rouges de si fière allure contrastant avec le ciel bleu pastel et les verts de chaux tachetés de la vallée du Mexique. C’était un lieu d’ordre géométrique, avec ses pyramides nichées comme des rubis à la coupe exquise et montagneuse au milieu des tons diffus d’un paysage comme peint à l’aquarelle.

Détail d’une peinture murale du palais de Atetelco de Teotihuacán datée entre 450 et 550 de notre ère. La couleur rouge de fond de la peinture murale est probablement très similaire à celle des principales pyramides de Teotihuacán lorsque la ville était occupée. 

Quand le petit groupe d’Espagnols de Cortés séjourna près d’ici, alors qu’il fuyait une armée composée d’environ cinq à six cent mille guerriers, il gravit – en 1520 de notre ère – une colline recouverte de terre pour voir l’immensité féroce de l’ennemi aztèque, auquel ils devaient faire face. Pourtant, ce sommet n’était pas simplement une colline, mais les vestiges d’une grande pyramide envahie par la végétation; un fait bien connu de ses adversaires. La bataille qui a suivi a défié toutes les statistiques et probabilités. Quelques Espagnols chargèrent à cheval et réussirent à tuer Femme Serpent, le chef de bataille totémique des Aztèques, après quoi l’armée Aztèque se dispersa aussitôt. Pour les Aztèques, ce fut un présage terrible.

Aujourd’hui, l’endroit s’appelle Teotihuacán, mais nous n’avons aucun moyen de savoir comment s’appelaient les personnes qui y vivaient et mouraient, car ils ne semblent pas avoir produit de documents écrits. Les Aztèques, qui étaient installés lorsque les Espagnols sont arrivés dans la vallée de Mexico, ont donné à l’endroit le nom sous lequel nous le connaissons maintenant, mais même cela pourrait être une corruption ultérieure de son nom d’origine dans la langue nahuatl qu’ils parlaient.

Les Aztèques locaux dirent aux Espagnols qu’ils ne savaient pas qui avait construit la ville, abandonnée depuis de nombreux siècles avant qu’eux mêmes ne viennent s’installer dans la vallée. Pourtant, les Aztèques considéraient Teotihuacán comme un lieu de vénération et de pèlerinage, notamment parce que c’était là, croyaient-ils, que l’âge du monde actuel – celui du cinquième soleil – avait été créé.

Une ville cosmopolite

Les archéologues modernes sont en train de récupérer minutieusement une certaine connaissance du passé de Teotihuacán dans les os, les pierres, les poteries et les supports laissés par le temps. Certains, comme Linda Manzanilla, considèrent que la ville n’a pas été le produit d’une culture tribale ou d’un groupe ethnique en particulier, mais plutôt d’une métropole cosmopolite regroupant des peuples de plusieurs régions différentes de l’Amérique centrale et de ce qui est aujourd’hui le Mexique; que Teotihuacán ne semble n’avoir eu aucune sorte de structure politique gouvernée par un seul roi ou chef de tribu, comme ce fut le cas dans les villes mayas ou aztèques, soutiendrait cette opinion.

En même temps, la ville était inhabituelle en ce qu’elle résultait d’un plan d’ urbanisme unique et cohérent composé de quatre segments, fournissant peut – être un reflet terrestre de la voûte céleste mésoaméricaine,  qui s’étendait sur les quatre directions cardinales. En effet, depuis que Leopoldo Batres avait découvert un «temple parfaitement construit et planifié» directement sous les couches les plus externes de la pyramide du Soleil au début du XXe siècle, il est devenu de plus en plus clair que le complexe de Teotihuacán avait été conçu comme une unité géométrique, du moins dans ses dernières constructions.

Pourquoi cela avait-il dû être ainsi? Les explications classiques du développement urbain préindustriel, fondées sur la disponibilité locale de ressources exclusivement matérielles nécessaires au maintien d’une population aussi nombreuse, ne peuvent répondre à cette question.

En 2018, les archéologues ont mis au jour des preuves d’une présence maya dans la ville remontant au quatrième siècle de notre ère. Qui plus est, les dessins sur les fresques découvertes à proximité suggèrent qu’elles avaient été peintes par des artistes originaires de Tikal, dans le Guatemala d’aujourd’hui, distant de plus de 1 300 km. Ces Mayas constituaient un groupe d’élite qui occupait un territoire à l’ouest du pont-jetée principal du site, entre la pyramide du soleil et la pyramide de la lune. Bien qu’il soit fort probable qu’ils aient eu des relations politiques et commerciales avec les Teotihuacans, ce peuple ne semble pas avoir été la principale raison de la présence des Mayas dans la ville.

Dans leur grande majorité, les artefacts mayas découverts jusqu’ici indiquent qu’ils avaient résidé à Teotihuacán afin d’y participer à des activités rituelles. Etant donné que seulement 20% de cette vaste ville ont été fouillés, il semble probable que la métropole était un centre de pratiques rituelles pour les autres tribus mésoaméricaines, notamment les Nahua, les Zapotèques, les Otomi et les Mixtèques, qui auraient tous résidé là à un moment pendant son existence.

Détail de la structure appelée 5D-43 de la ville maya de Tikal au Guatemala, considérée comme étant de style typique de Teotihuacán. La présence d’artefacts tikal mayas à Teotihuacán montre que les liens culturels entre les deux villes étaient mutuels. @Marie Carianna

Teotihuacán nous présente une anomalie. D’un côté, les archéologues découvrent de plus en plus de preuves de la diversité ethnique qui évoquerait de nombreuses villes modernes. De l’autre, ses pyramides et ses zones résidentielles affichent une cohérence d’urbanisme suggérant un degré élevé de cohésion sociale et politique. Comment pouvons-nous expliquer cela?

Bien que Teotihuacán ait été abandonné mille ans avant l’arrivée des Aztèques dans la vallée de Mexico et qu’ils aient déclaré ne pas savoir qui avait construit la ville, ses enceintes abandonnées ne leur étaient pas entièrement étrangères. Les Aztèques étaient un peuple qui construisit lui-même des pyramides et, chose intéressante, ils reconnurent même que la troisième plus grande pyramide de la ville était dédiée à une divinité qu’ils appelaient Quezalcoatl – le serpent à plumes. De toute évidence, il existait une forte continuité entre la culture aztèque et celle de cette civilisation plus ancienne.

De même, il y avait des signes d’une rupture intellectuelle significative entre Teotihuacán et l’époque beaucoup plus tardive des Aztèques. Il se peut que toutes les cultures mésoaméricaines aient puisé dans un patrimoine culturel commun, beaucoup plus ancien, qui comprenait des mesures précises du ciel et de la terre en tant qu’expressions d’une unité cosmique. Cela englobait ce que nous aimons considérer séparément comme science et religion, mais qui était plus que la somme des deux. Au moment où les Aztèques ont fini par dominer la vallée du Mexique, cette connaissance avait été exacerbée au point de n’être plus que de la sauvagerie de masse en costume rituel.

Alignements astronomiques et proportions célestes

La vision du monde mésoaméricain impliquait une étude minutieuse du ciel sur plusieurs siècles, déterminant le moment et la nature des rituels et des cérémonies célébrés à Teotihuacán. Prenons, par exemple, l’orientation de la pyramide du soleil, qui forme un angle de 15,5 ° à l’est du vrai nord. Au cours du premier siècle de notre ère, alignés sur les positions d’horizon local des levers le 11 Février des côtés de la pyramide et 29 Octobre, ainsi qu’avec ceux des couchers de soleil le 13 Août  et le 30 Avril. Les deux dates de lever du soleil, ainsi que celles des deux couchers de soleil, sont séparées par des périodes de 260 jours, créant ainsi un cycle astronomique et calendaire de 260 jours – caractéristique de nombreuses cultures mésoaméricaines. Ces quatre dates importantes ont très probablement été marquées par la pratique de rituels visant à assurer des rendements abondants en maïs et autres cultures.

Ce qui est remarquable, c’est que les côtés d’une version antérieure de la base de la pyramide du soleil, maintenant ensevelis, mesurent chacun 260 unités Teotihuacán de 32,68 pouces (0,83 mètre). Notez la correspondance entre cette unité de mesure linéaire, les positions changeantes du soleil à l’horizon et le cycle annuel du temps.

Il existe une autre association impliquée ici qui est également importante, sinon fondamentale; c’est celle qui existe entre la pyramide du soleil et la fertilité, ou plutôt l’abondance. Nous examinerons un peu plus tard d’autres mesures anciennes, ainsi que les dimensions, la géométrie et les fonctions de la pyramide solaire.

Photo satellite de la pyramide du soleil montrant comment deux de ses côtés s’alignent sur les positions à l’horizon du soleil se levant et se couchant au soleil pendant quatre dates clés de l’année, conformément au calendrier rituel de 260 jours. Ces alignements produisent un décalage de 15,5 ° par rapport au nord vrai, qui a été reproduit dans toute la métropole avec une marge d’erreur infime. Ces alignements auraient pu être examinés uniquement à partir du centre géométrique de la base de la pyramide au niveau du sol, ce qui suggère que cela aurait pu être fait avant la construction de la pyramide. © Google Earth 2019

Les alignements célestes ne manquent pas à Teotihuacán et ses chaussées, ses rues, ses quadrangles et ses pyramides regorgent de correspondances cosmiques trop nombreuses pour être citées dans ce court article. L’archéologue américain James Dow était enclin à étudier les cieux, alors même qu’il était en train de découvrir des objets dans l’enceinte de Teotihuacán. Dow remarqua que l’une des rues de la ville s’alignait à l’est avec Sirius et à l’ouest avec les Pléiades. Observations qui ont ensuite été corroborées par l’astronome Gerald S. Hawkins. L’orientation de cette rue, calculée par Dow, se situe à 16 ° est du nord; (trop proche du 15,5 ° mentionné précédemment pour être dans une marge d’erreur). De manière significative, le complexe de Teotihuacán dans son ensemble est en accord avec cette orientation, y compris le pont-jetée central, connu sous le nom d’Avenue des Morts, qui est incliné à l’est du nord géographique selon un angle de 15,5 °. Après avoir analysé les données de Dow, Hawkins conclut que Teotihuacán possédait une « orientation cosmique » qui avait été « choisie et imposée dans le paysage ».

Lorsque Hawkins examina les alignements stellaires de Teotihuacán, il remarqua également que l’avenue des morts, à son extrémité nord, était orientée vers l’étoile la plus brillante de la constellation de la Grande Ourse. Cet alignement prend une signification profonde lorsqu’il est perçu dans le contexte de la cosmologie mésoaméricaine, où Ursa Major était symbolisée par un oiseau cosmique. Fait révélateur, un oiseau cosmique apparaît au sommet du relief gravé sur le couvercle du sarcophage du seigneur Pakal, trouvé dans la ville maya de Palenque. L’oiseau cosmique (Ursa Major) est perché au sommet d’un arbre ceiba, que Pakal touche en regardant vers une croix représentée sur le tronc de ceiba.

Selon la mayaniste Linda Schele, la ceiba – l’arbre du monde mésoaméricain – est un motif de la voie lactée. Enroulé autour du tronc et dans ses branches il y a une sculpture stylisée d’un serpent à deux têtes, ce qui est une métaphore cosmologique pour l’écliptique, chemin apparent du soleil à travers les cieux. Le couvercle du sarcophage est donc une carte céleste qui représente le seigneur Pakal en train de regarder le ciel lorsque la Voie lactée croise le chemin de l’écliptique. Le chercheur mexicain Victor Torres pense que la même configuration céleste est présente dans le tracé de Teotihuacán même. S’il a raison, l’avenue des morts correspondrait à la voie lactée; Cette hypothèse est confortée par l’alignement de l’étoile la plus brillante d’Ursa Major sur l’axe de l’avenue, à l’extrême nord de celle-ci.

Loin d’être la représentation d’une capsule spatiale rappelant la technologie de la fin du XXe siècle, le couvercle de sarcophage du seigneur Pakal représente le monarque maya éponyme alors qu’il étudie le ciel lorsque la Voie lactée croise le chemin de l’écliptique. Les symboles mésoaméricains décrits ici sont: 1). L’Oiseau Cosmique / Grande Ourse. 2) La Voie Lactée / Arbre du Monde qui unit les trois mondes verticaux du cosmos mésoaméricain. 3) Le serpent à deux têtes / chemin de l’écliptique. 4) Les quatre directions cardinales / divisions du ciel et de la terre. 5)  Pakal, qui regarde directement la croix qui est la conjonction de la Voie Lactée avec l’écliptique. (Les couleurs sont à titre indicatif seulement). Utilisateur: @Madman 2001 

L’ingénieur Hugh Harleston Jr., qui a passé de nombreuses années à inspecter les structures de Teotihuacán, est convaincu que le complexe était un modèle à l’échelle du système solaire. Pour l’essentiel, il découvrit que l’avenue des morts contenait certains repères espacés de manière à être proportionnels aux distances des planètes par rapport au soleil. Lorsqu’il a combiné ces conclusions provisoires avec celles de son ami Alfred Schlemmer sur les ondes stationnaires générées par les tremblements de terre, les deux hommes ont réalisé que les distances astronomiques entre les corps célestes du système solaire étaient également liées à leur rotation et à leur rotation.

Selon Schlemmer, cette propriété, connue sous le nom de torsion, était responsable de la création d’ondes stationnaires dans certaines parties de l’Avenue des Morts, alors qu’elle se trouvait remplie d’eau. Il a fait valoir que cela fournissait un moyen de détecter l’existence de tremblements de terre n’importe où sur Terre, car les dimensions des segments de l’avenue remplis d’eau étaient telles qu’elles provoquaient une résonance de l’eau dans certains types de vagues stationnaires. Schlemmer a conclu que le phénomène s’était produit lorsqu’il y avait de subtils changements dans la vitesse de rotation et d’orbite de notre planète.

Une grande partie de la partie nord de l’avenue des morts se compose d’une série de quadrilatères enterrés qui peuvent avoir été remplis d’eau à certaines dates d’importance rituelle. Cette idée est confortée par la présence d’ouvertures sur les côtés de certains quadrangles (voir l’agrandissement, à droite) qui auraient permis à l’eau de couler le long de l’avenue des morts. Certains considèrent que, une fois remplie d’eau, l’avenue aurait contenu le reflet terrestre de la Voie lactée dans les cieux immédiatement au-dessus de Teotihuacán. © Dave Truman 2019.

Connaissance des dimensions de la Terre

Cette découverte audacieuse faisait suite à la découverte par Harleston qu’une ancienne unité de mesure standard de 41,711 pouces (1,059 mètres) avait été utilisée par les anciens Teotihuacans. En soi, cela n’était guère surprenant, étant donné que la conception de la métropole était si uniforme, mais Harleston a affirmé que cette unité de mesure linéaire régissait non seulement les proportions de Teotihuacán, mais aussi la géométrie spatio-temporelle du cosmos même lui-même. Il va sans dire que ces affirmations surprenantes ont été vivement critiquées par des chercheurs plus conventionnels, mais il est important de comprendre que leur désapprobation découle en réalité des implications radicales des affirmations de Harleston, plutôt que de la précision de ses mesures.

En bref, les découvertes de Harleston impliquent l’existence d’une science hautement sophistiquée datant au moins de l’époque de l’apogée de Teotihuacán et peut-être même bien avant. En outre, il est assez curieux de constater que cette unité de 41,711 pouces correspond exactement à deux fois la longueur de la coudée royale égyptienne et représente six millions de parties du rayon polaire de la Terre.

Les enquêtes universitaires à Teotihuacán ont abouti à une conclusion qui semble contredire celle de Harleston. Le professeur Saburo Sugiyama, archéologue tout aussi méticuleux de l’Arizona State University, a découvert une unité linéaire standard ne mesurant que 0,83 mètre (32,68 pouces), ses conclusions pourraient être utilisées pour rejeter les demandes apparemment exorbitantes de Harleston, étant donné que l’unité de Sugiyama de longueur est plus courte que celle trouvée par Harleston, mais cela reste à étudier.

Tout comme l’unité de Harleston de 41,711 pouces, l’unité de 32,68 pouces est très proche d’autres anciennes unités linéaires, y compris la vara espagnole , le shaku japonais et le gaz Harappéen . Le plus frappant peut-être, c’est l’équivalence au chantier mégalithique qui aurait «dérivé directement de la circonférence polaire de la Terre en utilisant un système de géométrie basé sur le nombre de révolutions de la planète sur une année.

Si tel est le cas, la valeur de cette unité incorpore un étalonnage du temps manifesté par la rotation de notre planète sur son axe, tout comme Harleston a affirmé que son unité de 41,711 pouces l’avait fait. La différence essentielle entre les deux unités ne réside pas dans le fait qu’elles ont des longueurs différentes, mais plutôt dans le fait que l’unité de Harleston ne représente qu’une fraction du rayon polaire de notre planète, alors que l’unité de 32,68 pouces de Sugiyama correspond à une fraction de sa circonférence polaire. Les deux unités peuvent être des exemples d’un système métrique ancien et très sophistiqué  s’appuyant sur une connaissance exacte des dimensions polaires de la Terre.

Cette prise de conscience soulève pléthore de questions sur ce que certains peuples anciens savaient vraiment de notre planète, de son moment angulaire, de ses dimensions et de sa dynamique. Cela laisse à penser qu’en choisissant d’utiliser simultanément deux unités de mesure linéaires différentes, leur objectif n’était pas simplement de marquer l’espace linéaire, mais plutôt de signaler la présence de certaines proportions dans le tissu du cosmos en général.

En outre, cela implique que le positionnement de Teotihuacán sur la surface de la Terre par rapport aux pôles géographiques, que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de latitude, peut avoir été tout sauf  arbitraire. Y avait-il alors aussi un lien entre la latitude de Teotihuacán et sa fonction de centre de rituels?

Pour notre façon de penser moderne, cela peut sembler une question étrange à poser, mais je dois rappeler aux lecteurs que les anciens Teotihuacans possédaient une vision du monde qui englobait la science autant que le monde des esprits. Le royaume dans lequel les gens vivaient et mouraient – parfois violemment lors de sacrifices rituels – était logé entre le ciel et les enfers. Les trois domaines font partie d’une cosmologie qui reflète le même modèle archétypal; ainsi la route vers le monde souterrain, connu des Mayas comme Xibalba, était aussi une sombre crevasse, et que la Voie Lactée elle – même était l’arbre du monde qui unit les cieux, la terre et le monde souterrain.

Une partie de la sombre faille de la Voie Lactée regardant vers le centre galactique depuis la Terre. La partie du Dark Rift qui se présente sous la forme d’un large «nuage» sombre à droite de l’image se situe entre les constellations Aquila (l’aigle) et Serpens (le serpent). Tout comme la nébuleuse d’Orion, on pense que cette région du ciel adjacente à la Voie Lactée est l’endroit où se forment de nouvelles étoiles. A. Fujii / NASA (domaine public).

Le monde céleste, le milieu et le monde souterrain se sont tous manifestés dans le royaume physique à Teotihuacán, à l’axe même du cosmos mésoaméricain. La pyramide du soleil de la ville a été construite directement au-dessus d’une grotte qui aurait pu être creusée afin d’organiser des rituels et des cérémonies, peut-être bien avant la construction de la métropole. En fait, de nombreux tunnels sous la ville abandonnée suggèrent que le monde souterrain de Teotihuacán a joué un rôle important dans les rituels effectués ici, certains montrant même des signes de sculpture afin de représenter des paysages souterrains.

Le locus de Teotihuacán, situé à 19,4 ° au nord de l’équateur, possède de nombreux volcans et a été soumis à de nombreuses éruptions de lave. Certains considèrent que cette bande de latitude est conforme à un ensemble de phénomènes énergétiques présents à la surface de nombreuses planètes de notre système solaire, ainsi que sur le soleil. À ces latitudes, les extérieurs des corps célestes du système solaire (plus précisément à 19,47 ° au nord et au sud de l’équateur) montrent des signes d’excès de chaleur et d’autres formes d’activité énergétique. Le vortex gazeux que nous considérons comme la tache rouge de Jupiter est peut-être l’exemple le plus connu de ce phénomène, mais il en existe beaucoup d’autres.

Un aperçu des dimensions supérieures?

Si la position de 19,4 ° N de Teotihuacán sur la planète n’est en effet pas purement aléatoire, nous sommes plus libres d’envisager des questions qui dépassent le cadre des études plus conventionnelles du site. Celles-ci sont bien évidemment centrées sur la nature de cette « énergie » et sur ses liens éventuels avec les pratiques rituelles qui y ont été célébrées. Il est clair que, même si elle se manifeste dans notre réalité physique tridimensionnelle principalement sous forme de chaleur volcanique, cela ne peut expliquer pourquoi Teotihuacán a été construit comme un centre où des chamanes, des prêtres et d’autres personnes venaient accomplir leurs cérémonies. Ces rituels visaient à établir un contact, une connaissance, voire une immersion dans un domaine autre que celui des perceptions tridimensionnelles habituelles des humains.

Si nous suivons cette ligne de pensée, alors peut-être que la latitude de 19,4 ° de Teotihuacán était un endroit qui facilitait le contact avec un tel royaume. Cela n’est peut-être pas aussi ridicule qu’il semble au premier abord, si nous considérons que la conscience est au moins aussi réelle que le monde matériel qui danse devant nos sens à chaque instant de notre vie. Certaines écoles de physique, aujourd’hui largement ignorées par les institutions scientifiques occidentales, attestent qu’il existe des dimensions spatiales supérieures aux trois que nous sommes normalement habitués à percevoir. Est-ce que ces hyper-dimensions ont aussi été le royaume de l’esprit des chamanes de Teotihuacán?

Il se trouve que la latitude de 19,4 ° N de la métropole est conforme à une géométrie que certains pensent représenter la porte d’accès à ces dimensions très élevées. Dans la réalité hyper-dimensionnelle décrite par cette physique, cette passerelle rend notre monde 3D palpable, en termes de structures physiques et de l’ énergie, mais aussi il informe le domaine physique, principalement par la création de la géométrie en trois dimensions nécessaires à l’existence des structures matérielles. Pour certains, qui incarnent cette version non conventionnelle de la physique, on pense que les pyramides amplifient les informations et autres effets qui passent par la passerelle de la dimension supérieure dans notre réalité tridimensionnelle banale.

Si nous imaginons la Terre comme une sphère parfaite, la latitude de 19,4 ° N de Teotihuacán est très proche du bord supérieur d’un tétraèdre dans cette sphère lorsque la position de son sommet inversé repose sur le pôle Sud géographique de la Terre. (Curieusement, la même géométrie tétraédrique fournit le modèle mathématique pour tous les angles, dimensions et proportions qui composent la pyramide du soleil à Teotihuacán). Un tétraèdre est la forme géométrique la plus simple pouvant exister en trois dimensions, car il possède le moins de points et d’arêtes pouvant former un objet solide. Je ne peux pas m’empêcher de me demander si ce fait est lié à une fonction de la pyramide du soleil qui est depuis longtemps perdue et qui, pour les chamanes et les prêtres de Teotihuacán, se trouvait à la porte de notre royaume mondain à trois dimensions. © Tony Cross 2019

Curieusement, il y a encore beaucoup plus sur la géométrie et les proportions de la pyramide du soleil qui suggère qu’elle a un lien profond avec les dimensions de la Terre, et en particulier avec sa surface. La hauteur d’une pyramide est directement proportionnelle à la longueur combinée des côtés de son périmètre, mais pour calculer ses dimensions, il est d’abord nécessaire d’utiliser des multiples du nombre irrationnel π (3.142857, etc.).

Pour la pyramide du soleil, la formule utilisée utilise 4 π, ce qui indique déjà que les architectes de la pyramide étaient plus sophistiqués sur le plan mathématique qu’on ne leur en a généralement accordé un crédit. Cependant, leur utilisation de 4 π est encore plus intrigante, car la formule de calcul de la surface d’une sphère est 4 π2 . Lorsque Harleston a calculé la surface totale des quatre côtés de la pyramide solaire, il a constaté qu’elle était directement proportionnelle à celle de la Terre. En d’autres termes, la pyramide du soleil fournit un modèle mathématique de toute la surface de la Terre. 

Plus de questions que de réponses

Comment les architectes de Teotihuacán, qui apparemment ne connaissaient pas l’utilisation des métaux ou de la roue, ont-ils acquis une telle connaissance de la surface de notre planète? (Nous devons également nous rappeler ici les unités de mesure linéaires mentionnées plus haut qui sont proportionnées aux dimensions polaires de la Terre et qui trahissent un niveau similaire de connaissances sophistiquées). Pourquoi quelqu’un aurait-il voulu et eu besoin de cette information?

Les pyramides de Teotihuacán, et en particulier leur fonction en tant que centres de rites sacrificiels, y compris le sacrifice humain, peuvent constituer un indice pour répondre à cette question. Il est peut-être compréhensible que l’archéologie conventionnelle ait tendance à occulter ce lien, mais il est indéniable que de nombreuses pyramides à degrés préhispaniques dans les Amériques ont fonctionné comme des centres où ces rites ont été célébrés.

De telles pratiques ne se limitaient pas non plus au Mexique et à l’Amérique centrale, depuis que l’Akapana de Tihuanaco en Bolivie – également une pyramide à degrés à l’origine- avait été utilisée comme centre de sacrifice humain. Dans les mythologies autochtones associées à ces lieux, les pyramides en escalier étaient invariablement le lieu où se formait une nouvelle création après la catastrophe qui avait détruit un monde antérieur. Pour Teotihuacán, comme indiqué précédemment, il s’agissait du point d’origine du cinquième soleil. La pratique du sacrifice humain peut donc avoir été une tentative d’apaisement des forces du cosmos, ou des dieux, afin d’éviter une autre catastrophe qui pourrait mettre fin à l’ordre du monde existant.

Cependant, cette explication ne nécessite pas à elle seule la nécessité d’observations précises du temps et de l’espace. Cela ne peut pas non plus nous dire comment ceux qui ont construit Teotihuacán en sont venus à posséder une connaissance aussi exacte des dimensions de notre planète. Peut-être que cette connaissance était un vestige d’une époque beaucoup plus ancienne, qui a été inscrite dans les espaces rituels de cette métropole après que la science sous-jacente ait été pour la plus grande part, oubliée?

Vu sous cet angle, les grandes pyramides de la ville ont peut-être hérité de certaines caractéristiques clés d’anciens dispositifs technologiques qui s’étaient amplifiés et résonnaient avec des informations hyper-dimensionnelles. Peut-être, même aujourd’hui, sont-ils encore capables de le faire dans une certaine mesure, précisément parce que les architectes de Teotihuacán ont préservé les anciennes traditions de mesure dérivées de leurs observations célestes.

La fin de Teotihuacán est aussi mystérieuse que sa création. Bien que certains interprètent le début des incendies dans ses dernières années comme la preuve d’une insurrection, d’autres pensent qu’ils sont délibérés, peut-être dans le cadre d’un rite de terminaison oublié depuis longtemps. Tout comme la métropole rituelle beaucoup plus ancienne de Göbekli Tepe, Teotihuacán a été enterré délibérément sous une couche de terre, pour des raisons que notre esprit moderne a du mal à comprendre.

 

Dave Truman – grahamhancock articles

0Shares

Author: rhia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *